Dark Rift

Ponte de Lima - Portugal

2ème Prix du public
FR | EN

L’ordre issu de ce que la Nature et l’Homme ont créé ou façonné, peut à tout instant se rompre de manière irréversible. Cyclones, séismes, incendies disloquent brutalement leur œuvre, broyée, effondrée, calcinée. Le chaos a surpassé le naturel et l’artificiel. Le vide, le néant règnent alors. L’infini a pris la place du fini ; la confusion est totale. La chaos, linéaire, homogène et stérile, sépare et rapproche à la fois le naturel et l’artificiel.
En éradiquant avec la même violence l’œuvre de la Nature ou de l’Homme, il dissout aussi leur antinomie. Indifféremment, le chaos a effacé leur trace. S’ils s’opposaient lorsqu’ils existaient, le chaos vient lier par le vide le naturel et l’artificiel.
La force constante, inexorable et infinie du chaos apparaît à travers l’horizontalité de la faille sombre ; elle représente le degré zéro, niveau de référence. Que ce soit face à la Nature ou l’Homme, le jardin dans son ensemble nous figure sa puissante supériorité.
Notre jardin tend à exprimer cette supériorité du chaos face au naturel ou à l’artificiel. Le chaos est matérialisé par le tracé central dont l’infinité est rendue par le miroir qui le reflète. Cependant, comme une faille, une brèche, cette langue de terre ravagée est le lieu troublant d’où l’on ne sait plus distinguer le pastiche de l’authentique. Dans le jardin, ce tracé sera constitué d’ardoises concassées sur lesquelles les visiteurs chemineront. A gauche de cette représentation d’un état de chaos, seront disposées, des herbes vivaces qui s’accommodent de sols pauvres et de conditions environnementales hostiles. Ces plantations s’installent sur un terrain légèrement modelé par de douces courbes de niveaux. Les lignes sont volontairement courbes par opposition à la partie droite du jardin.
A droite de la ligne du chaos, se trouve un jardin artificiel simulacre d’une attitude humaine de lutte contre l’état du chaos. Cette partie de jardin est structurée de la même façon, il est comme le reflet déformé de la partie naturelle du jardin.

  • Programme : Jardin éphémère
  • Surfaces : 250 m2
  • Maîtrise d’ouvrage : Municipio de Ponte de Lima
  • Architecte : Oglo + Ppil
  • Type : Festival international de jardins
  • Photographies : OGLO
  • Phase : Réalisé 05/2010

The balance between what Nature and Artificial have created or shaped, may irreversibly be broken. Cyclones, earthquakes, seism, and burn down, break suddenly their work which crushes, collapses, burns off. Linear, homogenous and fruitless chaos both tears apart and moves closer nature and craft. Eradicating with the same violence Nature and man’s work, it dissolves also their antinomy : chaos has equally rubbed their signs. If they where in conflict during existence, chaos comes and binds up with the emptiness, natural and artificial.
Chaos’ constant, inexorable and infinite strength appears through the horizontality of the dark fault, it represents the zero point, which is the reference level. Either in front of Nature or in front of Man, the whole garden shows us its strong superiority.
Our garden aims to show the superiority of the chaos in front of natural and artificial. The chaos is designed around a central track whose infinity is given back by the mirror reflecting reflection. However, as a fault, as a gap, this devastated spit of land is the disconcerting place from where one can’t make distinction between the pastiche and the genuine. On the left hand side of this chaos state depicting, will be arranged perennials herbs which adapt to poor soil and hostile environment conditions. These plantations take place on a slightly contour bowed ground. The lines are voluntary curved in contrast with the straight part of the garden. On the right side of the chaos track there is an artificial garden which symbolizes a human struggle against chaos. This part of the garden is same wise structured, it seems to be the natural part of the garden distorted reflection.

  • Surfaces : 250 sq. m
  • Maîtrise d’ouvrage : Municipio de Ponte de Lima
  • Architecte : Oglo + Ppil
  • Type : International garden festival
  • Photographies : OGLO
/